• .... sans alcool...

    ...oups de oups...!

    Je vous ai montré hier matin, bien involontairement, une partie de mon article d'aujourd'hui et certain(e)s d'entre vous l'ont déjà commenté, j'en suis désolée!

    Voici l'interview de cette auteure sur France Inter.

    La pop culture fait trinquer les femmes, et elle n’est pas la seule, toutes nos représentations font de l’alcool un ciment social, ou un liant amoureux. Oubliant qu’il peut esseuler, intranquilliser et fausser les liens. On en parle avec Claire Touzard

    .... sans alcool...

    Portrait de la journaliste Claire Touzard auteure de "Sans alcool" (Flammarion), à Paris, le 11 janvier 2021. © Maxppp / PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Daniel FOURAY

    C’est devenu un intangible des séries américaines: tous les personnages féminins ou presque se tartinent généreusement la gueule sans conséquence visible sur leur vie amoureuse, familiale ou amicale.

    • Dans la série The Good Wife , l’avocate Alicia Florrick s’envoie l’équivalent d’un cubi de rouge tout en élevant seule deux enfants, et sans jamais foirer ni brushing ni plaidoirie ni orgasme.
    • Dans Cougar Town, une bande de quadras se pochtronne dès 11h du mat’ et dans de telles quantités que les auteurs de la série eux même ont pensé à la rebaptiser : "Pinard Ville".
    • Quant à Sex and the city, si Carrie Bradshaw a démocratisé le vibro et le port du tutu en ville, elle a aussi popularisé les bitures monumentales entre copines. 

    La pop culture fait trinquer les femmes, et elle n’est pas la seule, toutes nos représentations font de l’alcool un ciment social, ou un liant amoureux. Oubliant qu’il peut esseuler, intranquilliser et fausser les liens.

    Mon invitée ne craint pas de casser l’ambiance avec sa sobriété, elle ne prêche rien, elle ne juge personne, si ce n’est celle qu’elle a longtemps été. 

    Ce que l’alcool peut altérer en amour, en famille, entre amis…on en parle jusqu’à plus soif, ou en tout cas jusqu’à 23h.

    Claire Touzard

    Claire Touzard, est auteure de Sans alcool (Flammarion). Un livre particulièrement d’actualité en ce dernier jour de Dry January, et qui a toute sa place dans une émission qui s’appelle Modern love, puisqu’elle y tire plusieurs fils, celui de sa rencontre avec la sobriété, celui de sa rencontre avec elle-même, celui, aussi, d’une rencontre amoureuse.

    Extraits de l'entretien :

    "Beaucoup de choses se créent autour de l'alcool, c'est une sorte de liant, amical ou familial. Et du coup, c'est vrai que briser ce lien, c'est parfois violent pour les gens, c'est comme si on refusait de trinquer avec eux. La symbolique est extrêmement forte" 

    "L'alcool, c'est un exutoire qu'on utilise, un médicament, et on ne se rend pas compte parfois de la violence que ça fait envers nous-mêmes et envers les autres"

    Claire Touzard explique avoir voulu témoigner dans son livre de "l'alcoolisme rampant", montrer que "l'alcoolisme n'est pas seulement l'alcoolisme extrême qu'on définit comme celui des gens qui sont dans les bars à 9 h du matin, l'alcoolisme peut être mondain, il peut être familial, il peut être un peu partout". 

    "C'est vraiment un effet boule de neige, l'alcool : plus on boit et plus on a envie de boire pour effacer les souffrances que crée l'alcool. Et moi, c'était vraiment ça : à la base, j'avais pas mal de problèmes quand j'étais adolescente et j'ai commencé à boire en pensant que ça irait mieux. Et puis, je me suis construite comme ça, avec l'idée que l'alcool allait être mon pilier pour m'aider. Je ne me rendais pas compte que ça m'enfermait dans une sorte de cycle où plus je buvais, plus ça allait mal et c'était entre autres lié à l'alcool. C'était une sorte de procrastination du bien-être".

    "Je pense qu'on ne peut pas évoquer l'alcool comme source de plaisir, c'est un leurre, ça crée tellement de violence. Le fait de n'en parler que sous le biais du côté bon vivant, ça continue à perpétuer la violence envers les femmes par les hommes, mais aussi envers les femmes contre elles-mêmes […] Je ne dis pas que tous ces hommes sont supers et que c'est parce qu'ils boivent qu'ils tapent, ça n'est pas du tout ce que je dis. Ce que je dis, c'est qu'en tout cas, ça accélère la violence et que si on réfléchissait un peu à cette consommation, je pense que ça ne pourrait pas la résoudre, mais en tout cas la diminuer". 

    • l'amitié avec ou sans alcool

    "Il y a des amitiés qui ont su se reconstruire sans l'alcool et d'autres qui sont plus difficiles. Parce que l'apéro, c'est une sorte de rituel qu'on partage entre amis. C'est vrai que tout d'un coup, quand on arrête de boire, on regarde l'autre boire, ce n'est pas forcément très agréable. Et puis, on se rend compte que peut-être que notre amitié tenait sur ces moments où on aimait picoler."

    Nous construisons très jeune notre relation à l'alcool, juge Claire Touzard : "quand on commence à sortir, on crée nos amitiés souvent sous le filtre de l'alcool, ça nous désinhibe. On a l'impression que ça fait partie du lien social. On grandit avec cette idée... et on ne change pas vraiment - c'est pour ça d'ailleurs que, même à 40 ans, dans une soirée, le naze c'est celui qui boit pas, et le cool c'est celui qui est par terre". 

    A ce sujet, elle cite dans son livre l'exemple d'une amie qui, pendant très longtemps, faisait semblant de boire dans les soirées. On lui servait un verre et puis elle allait le vider discrètement dans l'évier. À 30 ans ou à 40 ans, personne ne fait semblant de fumer. Par contre, on va faire semblant de boire. 

    • l'amour avec ou sans alcool

    "La vision de l'amour aussi est faussée sous alcool" souligne Claire Touzard. L'homme avec qui elle est aujourd'hui est d'ailleurs le premier qu'elle ait connu sobre. Toutes les précédentes, rencontres d'un soir ou histoires longues durées, se sont faites alcoolisées. "Est-ce que j'aurais aimé ces personnes sans alcool ?" interroge-t-elle. "On sort avec des personnes parce qu'on est désinhibé - mais est-ce qu'on sortirait avec elles si on ne l'était pas ?"

    Nombreux sont ceux et celles qui prennent un peu d'alcool avant ou pendant une première rencontre amoureuse. Pour Claire Touzard, c'est une erreur : "C'est un peu la philosophie du pire. On se dit 'Bon bah, ça ne sera pas terrible, mais on va faire passer quoi' Alors que quand on est sobre, on se dit 'Bon il va falloir que soit bien parce que je n'arrivais pas à supporter si c'est pas bien'".

    • Le lien entre alcoolisme et anorexie

    "C'est un lien fréquent, je l'ai découvert en parlant avec Fatma Bouvet, qui est psychiatre à Maison-Neuve et qui s'occupe d'alcoolisme féminin. En fait, c'est très fréquent qu'on soit anorexique et ensuite alcoolique. Déjà, c'est se faire du mal, c'est un rapport à l'estime de soi. C'est aussi un rapport à une sorte de maîtrise : on maîtrise beaucoup son corps quand on est anorexique, et quand on boit à l'extrême, c'est souvent pour enlever cette maîtrise-là - c'est le chemin inverse. L'alcoolisme a un peu été le chemin inverse de l'anorexie, tout en étant extrêmement lié. En tout cas, c'était de deux façons de se faire du mal". 

    -.-.-.-.-

    Cet article m'avait bien plu, c'est pour cela que j'avais grande envie de le partager.

    Il me rappelle un souvenir:

    - Lorsque je suis partie en retraite, j'ai offert un pot à tout le service, prévenant qu'il n' y aurait pas d'alcool, libre à tous de venir ou pas et je peux vous l'affirmer, il y avait du monde.

    Comme quoi, il suffit de savoir ce que l'on veut!

    Bon mardi!

     

    « ...des brèves de comptoir?...Il y a 100 ans... »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    35
    Vendredi 12 Février à 20:58

    Je ne supporte pas l'alcool. Un seul verre et la tête me tourne...

    34
    Mercredi 10 Février à 19:23

    merci pour cet article et bravo pour ta volonté sans alcool pour ton pot. Depuis 8 ans je ne bois pas une goutte d'alcool ; déjà j'étais plutôt sobre depuis longtemps, juste cidre, mais là à cause d'abus de proche, j'ai voulu affirmer qu'il n'était pas nécessaire de boire pour être joyeux .... puis depuis 4/5 ans, végétarienne et pareil je m'en porte bien.

    Un proche encore jeune a été hospitalisé en janvier (boire était devenu une forte addiction, un médicament pour lutter contre son stress, quelqu'un ayant une situation importante) ; son foie dans un sale état. Je lui souhaite de ne pas replonger (pas évident du tout).

    Aussi comme la cigarette ... qui souvent se mêle à l'alcool, à la drogue.

    Bises 

     

    33
    Mercredi 10 Février à 17:38
    daniel

    J'avais lu un article de cette jeune femme dans la presse et je l'avais trouvé intéressant. L'alcool est une addiction terrible. 

    Il fait froid aujourd'hui. Ce soir je vais me réchauffer en prenant un whisky bien tassé !!

    32
    Mercredi 10 Février à 15:57
    PPRENE

    oui l'alcool est bien un fleau de la société, tres bonne analyse de cette specialiste ! "boire un petit coup c'est agreable" d'accord, mais il ne faut pas abuser , bonne journee chere Mireille, bises

    31
    Mercredi 10 Février à 13:50

    je suis beaucoup plus modérée et l'alcool c'est pas que alcoolisme, avec modération slogan bien connu mais tout à fait vrai c'est très agréable de trinquer...je bois que très très peu mais si l'occasion se présente en famille ou entre amis, surtout si on me l'offre j'aime boire ce verre de convivialité amitié....

    belle journée

    bisous

    patricia

    30
    lav
    Mardi 9 Février à 23:47
    lav

    L'alcool fait partie de la connvivialité et c'est souvent que les gens me regardent d'un drôle d'air car je n'en bois guère.

     

    Belle nuit.

    Lavandine

    29
    Mardi 9 Février à 19:38
    oth67

    Toujours avec modération et jamais par habitude/routine !

    Bises

    28
    Mardi 9 Février à 16:45

    Coucou Mireille 

    L'alcool deviens un vrai fléau surtout chez nos jeunes , mais cela a toujours existé et je pense que cela ne va pas s'arrêter du jour au lendemain , il faudrait une grosse prise de conscience !!

    Merci pour ce partage !!

    Bisous

    Danielle

    27
    Mardi 9 Février à 15:51

     coucou bonjour mireille ,

     oh oui l'alcool fait de gros ravages mais qui me semble encore aujourd'hui gravement sous estimé  merci pour  reportage très intéressant bonne soirée et gros bisous  monette

    26
    Mardi 9 Février à 14:52
    Renée

    Avant tous le monde fumait dans les Films et séries maintenant c'est interdit donc ils boivent ce qui n'est pas mieux voir pire! Bisous très bel article

    25
    Mardi 9 Février à 13:23
    Cela fait un moment que je me suis fait cette réflexion surtout au niveau des films et series ou les verres d'alcool sont en permanence dans les scenes. Je rejoins emma pour sa reflexion aussi concernant les lumieres constamment allumées dans les films ou series.
    Bref, il n'est pas interdit de s'offrir un verre à une occasion mais cest la quantité de fois qui fait la difference. Une eau pétillante aromatisée fait aussi bien l'affaire par exemple.
    Annie
    24
    Mardi 9 Février à 13:04

    La vie sans alcool ce n'est pas mal. Dans les polars du nord de l'Europe ça trinque beaucoup

    23
    Mardi 9 Février à 12:17

    Un article tres intéressant et qui vient casser des idées reçues , c'est vraiment bien .

    Les films en effet donnent de l'alcool une toute autre représentation et c'est bien de le souligner car trop de personnes s'identifient à ce qu'ils véhiculent , l'alcool étant souvent montré comme un lien social . Heureusement parfois l'aspect fléau est lui aussi mis en avant , mais je ne suis pas sure que si on faisait des statistiques ce serait ce dernier qui viendrait en premier .

    Bonne journée 

    Bises 

    22
    Mardi 9 Février à 10:34

    Un bel et intéressant a&article, un fléau qui touche de plus en plus les femmes !

     

    21
    Mardi 9 Février à 10:11

    Bravo pour ton article et pour cette personne.. L'alcool c'est un grand fléau et un calvaire pour l'entourage quand la personne ne veut pas l'admettre.... Douce journée les premiers flocons tombent.. Gros bisous Mireille..

    20
    Mardi 9 Février à 10:08

    pour en avoir bu jusqu'à plus soif, je rejoins ce qu'elle pense, sauf que .. tout le monde ne devient pas alcoolique .. ma gd mère, mes parents ont bu de l'alcool et ne sont pas alcooliques on n'est pas tous égaux devant l'alcool, certains deviennent dépendant d'autres pas ... ? c'est pas juste, mais c'est comme ça .

    donc moi je serai moins intransigeante qu'elle, il faut savoir si on est dépendant ou pas, si on l'est c'est zero alcool.. si on ne l'est pas, il faut garder l'alcool pour les grandes occasions.. comme mariage, etc..

    c'est quand même convivial de trinquer, un verre ou deux ! pas non plus la bouteille..  manger du fromage avec un fond de vin rouge , et non 3 verres !!!

    car il est vrai pour avoir été mariée à un mari alcoolique, que la violence est pire quand les gens boivent.. mais la violence ne vient pas de l'alcool elle etait présente avant, ça n'a fait que de l'augmenter.

    ça ne me dérange pas qu'ils boivent qu'ils fument dans les films, séries, etc.; c'est du cinéma.. dans ce cas là faut pas qu'ils mangent des frites ça fait grossir.. faut pas qu'ils fassent de l'escalade c'est dangereux on en fini plus.. le cinéma reste le cinéma.. c'est à dire romancé quoi.. pas la réalité !

    par contre chez les très jeune, il y a une tendance qui me fait peur, à s'énivrer très vite pour être dans l'ambiance, et  à mélanger les alcools .. de la folie, ça leur monte au citron direct.. nous on avait l'alcool mondain, resto, du vin en mangeant, discothèque champagne etc... c'etait déjà pas genial.. mais là , des fois sans manger, boire 5/6 verres de bières alcoolisée avec un autre alcool, puis de la tequila , du gin, font des mélanges que j'ai jamais connu... c'est là que ça devient grave certains arrivent à faire des comas !!!

    comme tout, il faut pas abuser et boire si on boit avec modération et que dans les grandes occasions.

    car ne plus boire du tout, c'est pas hyper genial, je ne vais plus en boite donc ça ne me derange pas mais je me vois mal aller en discothèque et boire de l'eau je m'ennuierai.. donc il faut garder la possibilité de boire un peu que dans les grandes occasion, moi c'est ce que je pense.  voilà ...

    bon mardi à toi mireille, brrr qu'il fait froid, et on attend encore de la neige cette nuit et du verglas ça c'est pire.. gros bibi flo

    19
    Mardi 9 Février à 09:08

    Je ne bois que de la volvic 

    Parfois un apéro , un charentais ... et oui  mais ça m'arrive de lever le coude mais si rarement 

    Bonne journée 

    18
    Mardi 9 Février à 08:51

    Bonjour Mireille 

    L'alcool est un fleau ,et n'a jamais arrangé les problèmes qui se présentent, mais hélas l'alcoolisme est une maladie que les personnes atteintent doivent être conscientes et se faire soigner, ce qui n'est pas tiujours le cas .........excellent  article 

    Bonne journée ma petite Mireille

    Gros bisous Hélène

    17
    Mardi 9 Février à 08:13

    ...l'alcool détruit les gens qui en abusent 
    On ne "boit" pas pour oublier (quelle que soit la chose ou la personne à oublier), cela n'arrange rien, cela détruit (et les gens qui boivent ne s'en rendent pas toujours compte)

    16
    Mardi 9 Février à 07:47

    Un exposé très intéressant Mireille, et même si l'alcool inhibe, il est tellement destructeur sur le corps humain.

    Bises et mardi

    15
    Mitou
    Mardi 9 Février à 07:18
    Le thé et la Badoit citron sont mes boissons favorites!
    Très peu d'alcool chez nous juste pour les grandes occasions une coupe de champagne!
    Gros bisous et bonne journée
    Mitou
    14
    Mardi 9 Février à 07:01
    CathyRose

    Après il y a alcool et alcool ! On peut aimer boire un ou deux verres de vin sans en abuser. C'est mon cas, et malgré tout je n'ai jamais été ivre de toute ma vie ! Après c'est une maladie comme une autre, certains se réfugient dans l'alcool comme d'autres dans la drogue ou le tabac, ou comme moi dans les sucreries ...
    Belle journée, bisous.
    Cathy

    13
    Mardi 9 Février à 06:46
    Une fleur de Paris
    Bonjour Mireille,
    L'alcool est un fléau, plus pour l'entourage que pour la personne qui boit. C'est horrible !
    Bonne journée, bises Véronique
    12
    Mardi 9 Février à 05:28

    Bel article, merci de partager avec nous

    11
    Mardi 9 Février à 04:04
    colettedc

    Bonjour Mireille,

    Merci de nous partager cet article ! 

    Bon mardi,

    Bises

    10
    Lundi 8 Février à 12:01

    ça me frappe toujours effectivement tout l'alcool qu'ils boivent dans les séries et dans les films. ça n'est pas un très bon exemple !

    L'alcool est un sacré fléau et une maladie qui fait bien des ravages, à tout point de vue (santé-famille-travail...)

    Bisous et bonne journée

    9
    Lundi 8 Février à 11:50

    Bonjour d’Angers,
    J’aime bien l’alcool !
    Ça tue … lentement mais … on s’en fou on a le temps !  ;-))
    Bonne Journée ! … Amicalement … Claude …

    8
    Lundi 8 Février à 11:35

    Je ne bois aucun alcool, cela ne m'a jamais empêcher  d'avoir des amis (es), de sortir, de m'amuser, le seul qui m'ai fait une remarque que j'ai encore en travers de la gorge, c'était le nouveau maire dans la dernière mairie ou je travaillais, Il avait arrosé sa victoire  et en trinquant avec moi ,il m'a regardé et dit:

    Vous buvez de l'eau ?  oui toujours et la il m'a scotchée  et je le suis encore ,il m'a dit vous avez intérêt à boire de l'alcool sinon votre cadavre ne sera pas beau , et ça parole d'honneur ce n'est pas une brève de comptoir !!!!  

    bisous affectueux  Mireille 

     

    7
    Lundi 8 Février à 11:17

    L'alcool est la première cause des décès en France ce que beaucoup de gens ignorent bien devant la grippe ou le cancer.... A méditer. Je bois rarement de l'alcool.

    Bonne semaine

    6
    geneviève vestiaire
    Lundi 8 Février à 11:12

    Bravo pour avoir publié cet article !!!

    bisous,

    Geneviève

    5
    Lundi 8 Février à 11:06

    très vrai et très dangereux ce prosélytisme par film interposé - de même dans les films américains, as tu remarqué que la lumière des appartements est allumée en permanence ? bonne journée, Mireille

    4
    Lundi 8 Février à 10:56

    L'alcool ce fléau qui rend dingues ceux qui en abusent, boire une coupe de temps à autre ne rend pas accro, c'est l'abus qui tue, bises enneigées.

    3
    Lundi 8 Février à 10:52

    Coucou 

    Merci pour ce partage très intéressant  et qui ne peut que nous ouvrir à toutes expériences vécues !

    Merci à cette dame 

    Bises

    2
    Lundi 8 Février à 10:41

    C'est très courageux de la part de cette journaliste de parler de son expérience... Je pense en effet que l'alcool fausse tout dans les relations (familiales, amicales ou amoureuses).... et l'alcool fait beaucoup de ravages...

    Pour moi, pas d'alcool (je ne le supporte pas), juste de l'eau, du thé et des tisanes...occasionnellement un peu de jus de fruits ou un coca... et je m'en porte très bien !

    Très bonne journée et gros bisous

    1
    Lundi 8 Février à 10:14

    Re coucou Mireille . Une analyse très complète et poussée vue par cette spécialiste d'un fléau qui provoque bien des ravages et malheurs pour ceux qui en sont atteint mais aussi pour leurs entourages qui en souffrent . Bonne semaine et gros bisous mon amie .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :